Home Politique Le soutien au mouvement s’effrite après les annonces d’Emmanuel Macron.
Politique - décembre 11, 2018

Le soutien au mouvement s’effrite après les annonces d’Emmanuel Macron.

Après les annonces, place au service après-vente : l’exécutif tente ce mardi 11 décembre de convaincre que les mesures sociales déclinées la veille par Emmanuel Macron répondent aux demandes des « gilets jaunes », alors que nombre d’entre eux se déclarent déçus et comptent poursuivre leur mobilisation.

La parole est donnée au Premier ministre Edouard Philippe, appelé à détailler à partir de 15 heures devant les députés les gestes rapidement dévoilés par le chef de l’Etat dans son « adresse à la Nation » télévisée. Le pouvoir compte désormais aussi étudier les réactions de l’opinion, jugée cruciales pour la suite des événements, en l’absence d’organisation structurée des « gilets jaunes », un mouvement protéiforme et décentralisé.

Or, deux sondages apportent un premier éclairage : selon un sondage OpinionWay pour LCI réalisé dans la foulée de l’allocution, 54% des Français veulent que le mouvement s’arrête « suite aux différentes annonces du gouvernement et chef de l’Etat » (contre 45% en faveur d’une poursuite).

Dans une autre enquête d’opinion, Odoxa pour France Info et le Figaro, la proportion est inversée : 46% seulement des Français souhaitent un arrêt des actions des « gilets jaunes ». C’est 12% de points de plus que leur dernier sondage réalisé le 22 novembre !

Le mouvement bénéficie toutefois toujours d’une majorité de soutien avec 66% des personnes interrogées qui soutiennent « tout à fait » et qui soutiennent « plutôt » les « gilets jaunes », selon le sondage OpinionWay pour LCI. Ce soutien a néanmoins faibli de 2 points par rapport au précédent sondage, le 6 décembre 2018. Dans le même temps, le nombre de personnes qui ne soutient pas le mouvement a augmenté de 4%.

Par ailleurs, plus de la moitié, voire les trois-quarts des sondés selon les cas estiment ainsi que les annonces du président répondent bien aux revendications des « gilets jaunes ».

Dans le sondage Odoxa pour France Info et le Figaro, on apprend plus précisément que : 81% des sympathisants de la France Insoumise et du Rassemblement national souhaitent la poursuite des actions, mais la majorité des sympathisants des autres partis souhaitent désormais l’arrêt du mouvement (52% chez LR, 61% au PS, 88% à LaREM).

Sur le fond des mesures annoncées par Emmanuel Macron, elles sont toutes très largement saluées par les Français qui sont entre 55% et 85% à les juger « satisfaisantes », en fonction des mesures.

Vers un « acte 5 » ?

Le souhait d’une sortie de crise n’est cependant pas partagé par l’ensemble des « gilets jaunes », qui étaient encore plusieurs centaines à manifester mardi autour de ronds-points et embranchements dans toute la France.

Si Jacline Mouraud, l’une des figures médiatiques des « gilets jaunes », a invité à une trêve, d’autres représentants du mouvement sur les réseaux sociaux maintiennent l’appel à une nouvelle mobilisation, la cinquième, samedi prochain à Paris.

« On est à l’heure où il faut sortir intelligemment du mouvement. C’est-à-dire que ça commence en fait, le mouvement c’était le constat, maintenant le débat commence […] La porte est ouverte, il faut y aller”, a estimé mardi sur LCI la représentante des « gilets jaunes », reçue la semaine dernière à Matignon.

« Il faut transformer le mouvement en autre chose. On ne peut pas décemment continuer là, à deux pas de Noël, il y a plein de commerçants qui vont mettre la clé sous la porte. »

Pour le « gilet jaune » Benjamin Cauchy, lui aussi tenant d’une ligne modérée, « il y a des choses qui sont positives mais il y a encore beaucoup de choses à faire ». « Nous souhaitons surtout continuer dans le dialogue social », a-t-il déclaré sur la même chaîne, interrogé sur un éventuel arrêt du mouvement.

Sur Facebook, plusieurs pages, souvent créées avant les annonces du chef de l’Etat, maintiennent cependant un appel à manifester samedi prochain à Paris pour demander des « référendums d’initiative citoyenne » (Ric) qui permettraient aux citoyens de proposer des lois, mais aussi de révoquer des responsables politiques et de modifier la Constitution.

Plus de 9.000 personnes disent ainsi prévoir de participer à « ACTE 5 : Macron Démission » sur les Champs-Elysées, l’une de ces pages, où les membres dénoncent « enfumage » et « arnaque » du président de la République.

Malgré la suppression de la hausse de la CSG pour les retraités touchant moins de 2.000 euros (soit au total 70% des pensionnés français exemptés de la hausse selon le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux), neuf organisations représentatives des pensionnés appellent mardi à une mobilisation le 18 décembre, devant le ministère des Finances.

« Nous exigeons toujours la suppression de la hausse de la CSG pour tous les retraités et l’indexation de toutes les pensions sur l’évolution des salaires », écrivent la CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGRFP, LSR, Ensemble et solidaires.

-Sondage OpinionWay pour LCI, réalisé après l’intervention télévisée du président de la République, porte sur un échantillon de 991 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus

– Sondage Odoxa pour France Info et Le Figaro, réalisée après l’intervention du président de la République, auprès d’un échantillon de 992 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus. 

(Avec agences)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *