Home Societé La prison pour les femmes saoudiennes qui vérifient le téléphone de leur mari
Societé - 4 semaines ago

La prison pour les femmes saoudiennes qui vérifient le téléphone de leur mari

Si vous êtes une femme saoudienne, vous n’avez pas de chance. Une nouvelle initiative prévoit de condamner au châtiment corporel et même à une peine de prison celles qui ne font pas confiance à leur mari, en vérifiant leurs téléphones portables.

En Arabie saoudite, désormais, les femmes peuvent se voir infliger un châtiment corporel et même être emprisonnées si elles vérifient le téléphone de leur mari sans leur permission.

L’infraction serait poursuivie comme une violation de la vie privée, car un tel cas n’est pas couvert par les lois islamiques du pays, a déclaré l’avocat Mohammed al-Temyat.

L’initiative a provoqué une vague croissante de débats dans le royaume, Internet a déjà vu plus de 35.000 tweets à ce sujet sous un hashtag arabe qui se traduit par “Le châtiment corporel pour une femme qui vérifie le téléphone de son mari”.

M. al-Temyat, un conseiller juridique qui s’est décrit comme un “membre” du Programme de sécurité de la famille, lancé par le gouvernement saoudien, avait confirmé dans un entretien au journal La Mecque que les individus seraient présentés devant un tribunal si une plainte était déposée contre eux.

Cette décision juridique vient en dépit des tentatives tant vantées du roi Salmane de mettre en œuvre une réforme sociale. Le Programme de sécurité de la famille fait partie de la Direction des affaires de la santé du ministère de la Garde nationale, et a été créé par décret royal en 2005 pour améliorer l’accès aux services sociaux.

Quand l’Arabie saoudite dépense des milliards pour que les femmes ne conduisent pas
Une twitternaute a déclaré: “Ils (les hommes, ndlr) sont agacés par les femmes qui ne font que vérifier le téléphone de leur mari, tandis que la vie d’une femme est une vraie +inquisition+. Que ce soit au sujet de ses vêtements, son langage ou son comportement”.

Par Abderrahman DE. / Photo: (D.R)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *